samedi 19 juillet 2014

"La nature a des perfections pour montrer qu’elle est l’image de Dieu, et des défauts pour montrer qu’elle n’en est que l’image".





Le titre de cette chronique aurait tout aussi bien pu être :
"Ils viennent avec du Champagne : mets le Prosecco au frais !",
mais Blaise Pascal - en particulier avec cette phrase que l'on peut qualifier de visionnaire - me semblait tout indiqué !
J'aime bien lire Pascal, avec modération, j'aime également le Champagne, pas trop modérément : l'un et l'autre peuvent faire mal à la tête. Particulièrement quand on les associe.

J'aime aussi beaucoup David.
David est un ami. Il y en a finalement assez peu, des amis. C'est aussi mon jumeau : nous sommes nés le même jour, mais pas tout à fait la même année.
David, ça remonte à assez loin : on s'est connu alors que je travaillais pour la grande maison, lui était alors dans une des filiales ... celle qui s'est spécialisée dans le Champagne. Il a ensuite rejoint la maison mère. Avec sa cave de Champagnes.
On picolait pas mal faut dire, et pas que des bulles.
Après que j'ai quitté la dite "grande maison" David a été un des rares, un des très rares, à continuer non seulement à me fréquenter mais aussi à ne pas le cacher. J'ai aimé. Forcément.
Ca fait plus de 10 ans maintenant ...

Parmi les producteurs de Champagne, David buvait (boit encore !!) de jolis vins de producteurs : tout particulièrement ceux de l'un d'entre eux qui lui fournissait régulièrement des bouteilles fort réussies.
Puis le producteur a basculé du côté obscur de la Force et la production est devenue plus irrégulière. Il y avait forcément de beaux flacons, mais de plus en plus souvent parsemés de phénomènes d'oxydation et autres lourdeurs déplaisantes. Fréquentes - trop fréquentes - déceptions même si elles étaient souvent compensées par les hilarantes pensées et/ou contre-étiquettes du dit producteur.
On a des joies simples et parfois cruelles (surtout moi, en fait).

"C'est une maladie naturelle à l'homme de croire qu'il possède la vérité" (c'est toujours de Pascal. Blaise. Et je me l'applique aussi à moi même. Si, si. Juré !).

Puis c'est devenu très compliqué de se faire plaisir avec le contenu. Même si je dois avouer n'avoir essayé que chez David, donc pas si souvent que çà ; en tous cas pas assez pour une vraie belle statistique et/ou un avis définitif.
En même temps : quand un chien t'a mordu une fois, tu retourne pas spontanément le caresser ....

A vrai dire, il y a surtout eu deux repas avec des ratages retentissant sur les dites bouteilles.
Ca énerve. Même David qui est pourtant un bon gars.

Du coup, à l'occasion d'une soirée Champagnes (le principe est simple : chaque convive vient avec sa bouteille chérie) David a rusé et est venu avec une quille d'un autre producteur (productrice en fait).

Je l'aime beaucoup David.

En particulier quand, comme au tout début de cette soirée là, il prend un air triomphant en brandissant fièrement une bouteille avant d'annoncer à la cantonade :
"Ca va t'énerver mais tu va voir : ça c'est de la biodynamie, branché directement sur les étoiles, tout ce que t'aimes, et c'est de la bombe !" et que derrière, en effet, c'est de la bombe : improbable mélange jaunâtre sentant le chou et la pomme blette.
Le bouchon, sans doute.


Demain midi David viendra papoter, manger et picoler. Et ce sera bien.
Ils amènent le dessert.
Peut-être aussi du Champagne ? Si c'est le cas sans doute adapterai je cette méchante chronique ?
Va savoir dans quel sens ...

En attendant, au frais, y a du Prosecco (promo à 4.5 € chez Auchan ! Car à ce stade là je dois avouer qu'en matière de bulles je suis peu exigeant ; encore que j'aime assez faire le grand écart depuis le Brut nature de Drappier, jusqu'au Blanc de Blanc de Ruinart. N'en déplaise à David : je ne suis pas un aventurier de la Champagne !), puis aussi quelques autres bouteilles sans bulle ...


PS

il va sans dire que David m'a aussi fait découvrir et goûter de superbes flacons.
Mais comme c'est moins drôle et moins utile dans le cadre de ce propos je n'en parle pas, ou à peine. Et c'est mal
===



Ils sont venus
Nous avons donc papoté (beaucoup), mangé (pas mal), et picolé (...)
Ils avaient amené du Champagne.
Jolie petite chose.
La provoc Auchan est aussi sortie du frigo ... et se buvait somme toute pas mal .
Pour faire bonne mesure j'ai aussi sorti ma dernière Petite Arvine ... qu'il était visiblement temps de finir, aussi un 2007 du Prélude à Gd Puy Ducasse qui se boit toujours aussi bien (dommage c'était la dernière) et peut-être encore un ou deux autres trucs ?




Non, le must du jour ça a été ce réjouissant cadeau qu'ils m'ont fait :
"La vérité sur le Vin".
Paru en 1932 sous la plume du Dr Jean Blanc (Directeur du Laboratoire Départemental de bactériologie), cet opuscule est tellement réjouissant que j'y consacrerai une prochaine chronique !

D'ici là un extrait :
"L'hémorragie cérébrale, l'appendicite chronique, la neurasthénie, sont plus fréquentes chez les buveurs d'eau. Ceux-ci manquent, en effet, de stimulation : la mélancolie, le pessimisme amoindrissent leurs moyens de défense. Le calcaire de l'eau ingérée incruste leurs vaisseaux sanguins et les rend plus fragiles. Ne soyons pas de stricts buveurs d'eau."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire