mardi 15 juillet 2014

"Quand l'eau courbe un bâton, ma raison le redresse"



"Même chose que pour G.E. Séralini : est ce un gage de sérieux de choisir de communiquer d'abord (pour ne pas dire uniquement) dans les média non spécialisés, avec pour seul écho un journaliste complaisant ?"
C'est la première remarque - un rien acerbe - faite à mon vieux pote Nicolas après avoir visionné la vidéo qu'il avait mise en ligne sur Facebook.
Note bien : à force d'aller le chatouiller le Nico, même que sur FB, je vais finir par vraiment l'énerver. Ce serait dommage : son vin est bon, et j'ai pas encore fait les stocks.

J'aime bien le chatouiller, des fois, le Nico.
Puis là, faut dire que je m'adonne joyeusement à la métaphore aquatique depuis la bien nommée Doué La Fontaine (riante cité), et ce en attendant d'aller manger "Chez Paul" (restaurant routier de son état), dans le cadre de ma soirée étape du jour.
Forcément ça énerve.

Oui : y a des jours comme çà où LPV me manquerait presque.
(non, "Agitateur" c'était pas moi. "Agitateur" son prénom c'est Christophe et il est plus en Val de Loire, lui. L'est pas con l'Agitatophe !)



Bref, la vidéo ....

L. Montagnier et la mémoire de l'eau



A ce niveau là je suis pas fermé : je suis hermétique, et en comparaison les ayatollahs sont d'insupportables démocrates d'une coupable faiblesse.

Bien sûr, des fois je regrette d'avoir perdu la Foi (inutiles regrets) ... mais ça dure pas forcément très longtemps ce genre de regret (surtout quand j'écoute ce type d'émission).


Bref, si j'en crois l'homme à la blouse blanche super propre - elle est propre parce qu'il dilue de l'eau avec de l'eau ? - (marrant ça, l'effet blouse blanche d'un blanc immaculé : tu fous une blouse blanche sur le dos d'un type qui bosse chez Monsanto, c'est le signe du salaud intégral. Tu la mets à un gus qui te prend pour une truffe avec des hypothèses farfelues et ça devient l'argument d'autorité d'un génie injustement opprimé) : 


- l'eau retient la somme des informations relatives à l'ADN qu'on y met à tremper, dont son codage. Elle retient cette information là, et celle là seulement, car elle est sympa, l'eau, et elle a une bonne mémoire sélective. Elle retient pile poil ce qu'on a envie qu'elle retienne, en outre elle le retient d'autant mieux que la dilution est importante (mais pas trop quand même) ce qui est vachement pratique.
J'aimerais bien arriver au même
résultat avec mes chats (qui sont des branleurs) et mes enfants : ils sont, après tout, majoritairement constitués d'eau !



- l'eau conserve l'information sans en perturber ni l'ordre ni la nature. Comme chacun sait, l'eau liquide c'est super stable et la structure de l'ADN c'est super simple. Pour le moment ça marche bien avec les cygnes (mais qu'en photo et en image miroir).

 


- l'eau, dans sa grande bonté, émet ce codage sur des ondes électromagnétique autant qu'enregistrables. C'est cool de sa part.

- si l'on fait écouter la bande son à de l'eau distillée, alors cette eau distillée produit illico de l'ADN qui est identifiable par PCR et s'avère être identique à l'ADN de départ.
Là c'est très très fort. Pile poil le genre de truc que même David Copperfield (le mec qui a essayé de faire disparaitre Claudia Schiffer) n'a jamais osé tenter. Car l'eau étant exclusivement composée d'hydrogène et d'oxygène on comprend aisément que la diffusion d'enregistrements d'ondes électromagnétiques peut lui faire produire les bases azotées, les oses et les groupes phosphate qui composent l'ADN, avant bien sûr de les organiser dans le bon ordre ...

C'est d'une évidence folle, non ?
Faudra que j'essaie avec des spaghetti (parce qu'avec le Champagne ça marchait pas super bien).



Putaragne : même dans Star Trek on n'a pas eu droit à de telles absurdités ! (encore que l'aimable plaisanterie présentée ici me fasse furieusement penser à : "Beam me up, Scotty" ou, plus sobrement, : "Energize").En clair et sans décodeur : que Montagnier ait une blouse blanche (fraichement repassée) et un prix Nobel (de médecine) ne l'autorise pas à nous prendre pour des lapins de garenne de 6 semaines à grand renfort de propos fumeux (fumistes ?), et de références rigolotes aux joies de la mécanique quantique et aux génies persécutés :
n'est pas Galilée qui veut.

N'en déplaise à la voix off au ton pénétré.

Quand à la ligne éditoriale des chaines publiques (aussi bien de télévision que de radio), elle n'en finit pas de me réjouir de contribuer financièrement (et de façon obligatoire) à cette farce.

 


Pour autant, et en vertu du principe de précaution, on déconseillera aux âmes sensibles de prendre une douche en écoutant de l'acid jazz ou du heavy metal.
(sauf peut-être sur le Rocher de la Vierge ou y a de l'eau qui, sans doute, bénéficie d'une mémoire bénéfique - et je ne pense pas au Casino)






Nota 1:
le texte ci dessus est très largement inspiré de mes échanges avec Nicolas Lesaint, sur Facebook.
Je
me suis pas trop pris le chou pour le réécrire, du coup j'ai passé plus de temps à aller chercher et choisir des photos au fond de mon disque dur qu'à mettre du texte autour.
Enfin j'y ai pas passé pas tant de temps que ça : j'ai bonne mémoire. La mémoire du vin ?

Nota 2 :
on pourra, comme souvent, me reprocher le ton et la forme que je choisis d'utiliser. C'est un moyen comme un autre d'éviter de me répondre sur le fond.



Avec mes remerciements sincères à Jean de La Fontaine, poète hydrophile qui avec son "un animal dans la Lune" m'a fourni le titre de cette chronique

PS sur les photos :
ma tronche en bas à droite, c'est une photo de Neels "coolos" Castillon, les autres - comme d'hab - ce sont les miennes.
On est donc prié de ne pas piquer, si tant est qu'on puisse en avoir l'idée saugrenue !?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire