jeudi 16 octobre 2014

J'étais oenologue conseil (Saint Lambert : Domaine Les Sadons)

Au cours des 3 années passées à arpenter vignes et chais du Médoc j'ai rencontré des vignerons et leurs vins tout aussi plaisants les uns que les autres.
J'ai déjà parlé des Dief et des Peyruse, à Saint Christoly.
Mais parfois j'ai aussi rodé bien plus au sud, à Pauillac.
Le Sud, quoi.


Alain Albistur c'est le Domaine les Sadons, et l'amour des vignes et du vin.
Avec Alain, nous n'avons réellement travaillé ensemble que sur les millésimes 2011 et 2012.
Photo © Philippe Roulier











Ca a été simple de commencer :

"tu aimes le vin ? alors on se tutoie !".



Il travaille pour un Cru Classé de Pauillac, puis après cette première journée de travail il s'occupe des ses vignes et ses vins.



A 36 h de la vendange

Ses vignes ?

Moins d'un hectare réparti sur de petites parcelles, quelques unes par ci, d'autres par là qui, toutes, jouxtent certains des plus grands noms de l'appellation Pauillac du côté de Saint Lambert ... où il y en a de notables !

Ses vins ?
Son vin
! Le Domaine les Sadons.
Un Sadon ? Vielle mesure de surface agraire (et une journée de travail). Et par sa surface, le Domaine les Sadons a sans doute longtemps été le plus confidentiel des Pauillac ... avant d'être récemment détrôné par le Château Julia : un géant de presque 4 hectares, dont à peine plus d'1/2 en Pauillac.
(ça c'est pour les Bordeaux bashers qui nous bassinent à longueur de blog sur les vins du bordelais, du Médoc, et l'industrie)




Bien sûr, de la vigne au chai, le fils d'Alain est aussi dans le coup !















Le chai c'est Alain qui se l'est construit, forcément.
Oui, même les cuves béton.















On est dans le petit, le fonctionnel, et l'esthétique.



Lors d'un passage estival avec ma fille et ses copains éthyliques (ça s'appelait "des sangliers dans le Médoc") nous avions visité divers châteaux du coin pour finir chez Alain (enfin ... on avait en fait fini chez moi, le soir, autour de "quelques" quilles, de charcuteries aveyronnaise et d'un redoutable grenier médocain ...).

© Philippe Roulier
A la surprise des petits pas encore tout à fait vitrifiés Alain avait alors été le premier à parler de la vigne, du travail que l'on y fait et de ceux qui le font. Souvent ça s'oublie, ce genre de choses. Et c'est dommage.



Puis on avait goûté tel ou tel millésime.








© A. Fuster

Samedi dernier - le 11 Octobre -, pendant qu'accompagné de mon fils et mon appareil photo je regardais l'UBB pulvériser le Castres Olympique (59 - 7, excusez du peu ...) les Albistur (pourtant fans de rugby) vendangeaient.
Aux Sadons, c'étaient les premières vendanges d'Alain - accompagné de son fils - ! En effet, salarié par ailleurs : depuis 2002 Alain n'avait jamais pu être là quand ses amis vendangeaient ses raisins. Le lendemain il fêtait ça avec une verticale des Sadons, de 2002 à 2012.





Il faudra que je lui demande comment sont sortis ses premiers millésimes !


D'une façon générale les vins d'Alain ne font pas dans la puissance et la sur concentration (encore que la dégustation de sa micro cuve de Petit verdot sur le millésime 2013 et brut de décoffrage, avait tendance à décoiffer !). Bien sur il y a de la matière, mais on est plus sur l'amabilité que le body building.

© Philippe Roulier
Le 2011 ne fait pas exception à la règle : joli nez de fruits mûrs, légèrement toasté, fin.
Bouche ronde, friande, sans doute sans la puissance qu'on peut désormais s'attendre à trouver en étant à Pauillac, mais avec la finesse et l'élégance.
Belle matière, belle extraction, bel élevage : c'est harmonieux.

2012 est plus puissant, plus structuré mais ne renie pas le charme des Sadons. Pour autant le boisé doit encore finir de s'y fondre.


2013, goûté sur fut, s'annonce comme un joli vin ... ce qui ne sera pas le cas partout, en Médoc (doux euphémisme).

Beau potentiel pour le Merlot 2014 qui est encore en gestation dans sa cuve.




On peut joindre Alain via domaine-les.sadons@orange.fr

© Philippe Roulier


Et ses vins - quand il en reste - sont en vente au chai pour un peu moins de 20 € TTC.




Comme il y a de l'alcool dans le vin du Domaine les Sadons : c'est à consommer avec modération (le binge drinking - surtout au Pauillac - c'est mal !). En outre, l'abus d'alcool nuit à la santé.

1 commentaire:

  1. Nous avons passé un moment très agréable...
    Alain est un véritable vigneron, simple et fort. Son vin en est le résultat... Boisé, puissant... Un enchantement pour nos délicats palets...
    Merci André...
    Philippe Roulier

    RépondreSupprimer