mercredi 12 novembre 2014

Visiter le Chateau Palmer quand on est en 3eme


Mon fils est en 3ème.
Depuis quelques années il s'intéresse au vin, à tel point qu'il souhaite faire son stage de 3ème chez un producteur de vin (d'ailleurs, va falloir que je m'en occupe ...).
Durant ce week-end à rallonge il était là, du coup le 11 novembre c'était l'occasion de faire goûter un 3ème au 3ème (et de goûter aussi !)
Ca tombe bien : Lorenzo était disponible.
Nous avons donc fait un saut à Margaux, au Château Palmer.
Un 3ème, donc.

Palmer, je ne me souviens pas l'avoir déjà goûté.
Ou alors en primeur sur l'un ou l'autre des précédents millésimes.
Flemme de vérifier mes notes (surtout que je n'ai pas la moindre idée d'où elles se cachent ...)

Du Cabernet au Merlot

Une fois arrivés, un petit tour dans les vignes.
Sur une belle croupe, un (très) bon terroir.

Rangs étroits, et 10 000 pieds par hectare.
Façons culturales, dont travail du sol ou enherbement, selon à qui l'on à affaire.
Merlot et Cabernet à part quasiment égales, avec un poil de Petit verdot.

Tout çà annonce la couleur sur les vins et leur style.



 


Puis s'en suit le chai, bien sur.

Sympa le chai.
Y a un peu de matériel italien et, surtout, c'est bien pensé, bien conçu, et esthétique.
Ouat ailsse, comme on dit au bord du lac de Côme ?

Il y a aussi un petit chai expérimental.
Rarement rencontré ce petit joujou là !
Bel outil, qui témoigne du questionnement permanent qui semble être l'un des leit-motiv du cru !





Ce questionnement et, surtout, les moyens qu'ici on se donne pour y répondre nous en rencontrerons les manifestations tant au labo interne que dans le chai d'élevage.


Le chai d'élevage ?
Des barriques neuves ou d'un vin, dont le pourcentage respectif varie selon le vin (Palmer ou l'Alter Ego) et son millésime.











Alors, justement, les vins ....


Les vins nous les avons retrouvés en fin de visite dans la salle de dégustation qui abrite, en ce moment, une intéressante expo photos : joli travail de Sabine Delcour présenté autour de deux thématiques (Bas-reliefs et Cheminements).

Cette expo, il sera possible de la voir à Palmer, et ce jusqu'au 6 mars 2015.


Alter Ego (2013)

Merlot et Cabernet à parts égales, et 8% de Petit verdot.
Au nez, c'est mûr, plein, déjà expressif, avec un beau fruit (fruit noir, typé mûre).
La bouche a une belle structure, c'est rond, expressif, joliment fruité là aussi, avec un équilibre qui tire un peu vers la fraîcheur.
Très plaisant à boire, mais à attendre encore  : la finale accroche encore un peu, il faut donc lui laisser le temps de s'assagir juste un peu (encore une fois : les tanins sont beaux et murs, mais cette petite acidité les fait encore ressortir sur la fin de bouche).

Palmer 2013
Merlot et Cabernet pratiquement à parts égales (49/51)
Au premier abord le nez est moins expressif, moins ouvert ... mais pas moins agréable : du fruit noir, bien sûr, mais plus de complexité et de séduction, entre autres par le joli boisé (épices douces / bois précieux) déjà bien intégré.
Bouche puissante, ronde, qui témoigne de la qualité et la maturité des raisins qu'il y avait à l'origine.
Très belle matière, vraiment.
Puissant et soyeux à la fois.
Superbe finale.





Alter Ego (2008)
Au nez ça reste frais et fruité, mais on sent que l'évolution a commencé (à peine commencé !) et on a donc d'ores et déjà une jolie complexité.
La bouche est gourmande, avec de la fraicheur mais à un degré moindre que ce que j'ai ressenti sur le 2013. Longue finale sur les notes boisées épicées.
Très très très joli vin, pour ce qui me concerne à boire dès maintenant pour un plaisir maximum, mais que les amateurs du genre peuvent encore oublier quelques années en cave !

Palmer (2004)
C'est bien à l’œil, très bien même.
J'aime le nez, qui semble indiquer que le vin est à maturité.
Prêt, quoi !
Mais en bouche j'ai plus de mal : bien sur il y a une belle matière. C'est profond, avec de beaux et bons tanins, milieu de bouche avec ce velouté qui semble être la marque locale (la typicité ?) ... mais je trouve la finale quelque peu asséchante, et çà j'ai du mal.
A revoir, sans doute ?
A revoir car si, de toute évidence, je le goûte moins bien ce vin : pour autant si je l'avais en cave je ne le mettrais pas à l'évier !
Simplement si l'envie d'encaver du Palmer me prenait, ce millésime ne serait pas ma priorité.
Mais comme côté tarifs on commence à être dans le significatif ... pour autant ce sont vraiment de superbes vins que, par parenthèse, je préfère très nettement à ceux d'un second de la même appellation que j'ai récemment goûtés, donc à choisir ...


Pour chacun des deux vins, les préférés de mon fils sont l'Alter ego en 2008 et le Palmer en 2013. Et c'est pas con, je trouve.
(précision utile à destination des pénibles de tout poil : c'est moi même et en personne qui ai décidé de faire goûter - je dis bien goûter - mon fils.
Fils qui a donc dégusté dans mon verre à moi, verre que je lui ais fait passer. Il n'a donc à aucun moment et en aucune façon été alcoolisé par notre hôte).

Bref : merci à Lorenzo Pasquini qui a organisé cette visite (et cette dégustation !), en nous consacrant le temps qu'il fallait pour qu'elle soit complète et enrichissante ! (et je lui souhaite un bon limoncello)




Dans une tout autre veine, on pourra - on devra - s'intéresser au regard de Nicolas Lesaint sur le même château et la même visite.
Ce qui me permet, entre autres choses, de continuer à me la jouer à la mode The Persuaders ("amicalement votre", pour les francophones)


Le site du château Palmer

Et, à ce stade, il parait utile de rappeler que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, que l’alcool est à consommer avec modération, et que la consommation d'alcool est interdite aux mineurs de moins de 18 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire