mercredi 10 décembre 2014

J'étais oenologue conseil (Saint Seurin de Cadourne : Château Saikouk)






Sur ce coup là je triche un peu (beaucoup !) : autant pour les Dief et les Peyruse j'ai fait un suivi d’œnologue conseil, autant pour Alain Albistur et, maintenant, pour Latifa Saïkouk ça a été beaucoup plus limité, ne serait ce que dans le temps : une partie de 2011 et 2012.

Bon, en même temps le but de cette série de chroniques (j'en suis maintenant à la quatrième) n'est pas de parler de moi, ni même du boulot d’œnologue conseil mais simplement d'avoir une clef d'entrée, un prétexte pour parler de gens que j'ai croisés lors de ces quelque années à faire du conseil en Médoc.
Croisés et appréciés, ainsi que leurs vins ... donc le Domaine Saïkouk.

J'y suis récemment repassé. C'était l'occasion de discuter un peu avec Latifa, de re goûter ses vins, et aussi de faire quelques photos dans le chai.

Sur l'histoire de Latifa et de son Domaine il existe de multiples articles, je n'y reviens donc pas.









2013 sur futs

Du fruit, vin sur la fraîcheur, plaisant à boire.

La marque du bois commençant à être sensible, il ne faudra sans doute pas trop pousser l'élevage sous bois ... mais il n'y a que 10% en barrique, il faudrait donc goûter l'assemblage pour vraiment en juger.







2014 en cuve
Couleur profonde, maturité au nez comme en bouche, belle matière (en l'état la présence du Cabernet est plus sensible sur le Médoc) avec une structure déjà intéressante et plaisante. Beau potentiel pour les presses.
Avec le temps ça ne peut que s'affiner et s'améliorer encore.

2014 sous bois
On est sur les mêmes bases qualitatives qu'en cuve.
Essai de barriques de plus grand capacité qu'à l'habitude ... à voir et revoir dans le temps : l'élevage commence à peine, le commenter à ce stade n'aurait pas de sens.


En tous cas, et sans préjuger des similitudes réelles ou supposées entre les vins et les caractères de celles qui ont prêté leurs prénoms aux cuves..., 2014 s'annonce ici auss, très bien !





Du côté des vins faits :



Le Mont du Puit
(2011)
Merlot et Cabernet à parts égales.
Joli fruit, bouche ronde et plaisante.
A boire dès maintenant et sur encore une paire d'année.

Saïkouk Médoc (2012)
Merlot et Cabernet à parts égales.
Nez de fruits, soutenus par un léger boisé. Belle matière, pour une bouche équilibrée. Prêt à boire mais peut attendre 4 ou 5 ans pour gagner en complexité (mais perdre un peu de son fruit).


Saïkouk
Haut-Médoc (2012)
Un peu de Petit verdot vient tenir compagnie au Cabernet et au Merlot.
Le plus structuré des trois ; le boisé y est aussi un peu plus marqué (sans pour autant être excessif).
Autant les deux précédents sont déjà prêts à boire, autant le Haut Médoc gagnera à être attendu : les tanins sont de bonne qualité, mais la bouche et sa finale peuvent (et vont !) gagner en complexité et en élégance.




Tout ça c'est bien sur fait sous le regard attentif de l'un des deux chats, une belle bête du genre massif qui se serait volontiers tapé quelques tranches de grenier médocain ... c'est d'ailleurs pas faute d'avoir essayé !










Le site internet du Château Saïkouk



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Les photos sont miennes et ne sont donc pas libres de droits (sauf bien sûr pour Latifa si elle souhaite les utiliser).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire