mercredi 21 octobre 2015

Le troll, la marmotte et les lapins.


(merci à Olivier Perotto - fournisseur officiel de marmottes - pour ce lien indispensable)

Ils sont quelques uns à savoir dans quel sens il faut brosser mon poil de troll, Nicolas Lesaint est de ceux là.

Alors il a frappé fort, Nicolas.

A ce stade que dire, que faire (après, bien sur, que je me sois incliné avec respect) ?


Peut-être tout d'abord rappeler que par le passé j'ai, sur ce même blog, fait part de mon admiration sans borne pour les héritiers d'Albert Londres et Joseph Pulitzer, et ce qu'ils soient simples étudiants en journalisme, ou bien professionnels confirmés.
Bon, bien sur, la frontière entre Joseph Pulitzer et Paul-Loup Sulitzer est parfois extrêmement mince, mais c'est un péché véniel et je suis un chieur partisan d'une agriculture de moins de 70 ans qui donne de "super résultats" (merci Philippe, celle là je la garde précieusement).


Sur ce coup là, entendons nous bien : je ne prétends remettre en cause ni le talent du journaliste, ni le pouvoir des sorciers de la Brenne (d'autant que je connais personnellement une sorcière aveyronnaise, et des fois çà fait flipper).
J'en veux pour principale preuve le remarquable ouvrage de Jeanne Favret-Saada :

"Les Mots, la Mort, les Sorts"
qui est sous-titré
"La Sorcellerie dans le bocage".
Ce bouquin passionnant - qui se situe en Mayenne - et qui commence à dater un peu (il est paru en 1977), j'en recommande la lecture à qui s'intéresse de près ou de loin au sujet (même aux sorcières aveyronnaises, c'est dire).
Non, vraiment, je déconne pas : il faut le lire.

Bon, Favret-Saada s'intéresse au pouvoir des mots, au pouvoir de la parole alors que dans le lien proposé par Nicolas, on n'en est plus là.
Le progrès sans doute ?

Qu'on en juge :
- "Il parvient à reconnaître les carences affectant le vignoble au seul vu de la carte."
- "il a dépassé, sa modestie naturelle dût-elle en souffrir, le stade du simple guérisseur puisque même depuis quelques mois des entreprises font appel à ses services afin de visualiser les prochains résultats pour des choix stratégiques concernant les secteurs commerciaux."

Alors la tentation de visiter le site internet, puisqu'il y en a un, était si forte que je n'ai pu y résister (je suis faible).
Bien m'en a pris car, dès la page d'accueil, j'ai appris que :



Le service est adapté à vos besoins
une grande partie du travail peut s’effectuer à distance.

Repoussez les limites !



Oui, je crois en effet que les limites sont considérablement repoussées ...

Ce qui rend sans doute superflu de mentionner qu'il
accompagne pas à pas l’évolution de la propriété vers un nouveau type de viticulture, au-delà de la simple biodynamie.

Tout ceci laisse bien sur à penser.
Pensées qui m'ont tout naturellement ramené à ce vieux projet qui murit lentement en moi depuis si longtemps.
Oui : ce projet de reconversion vers une profession qui réponde enfin totalement tant à ma nature profonde qu'à mes dons secrets autant qu'innés :

medium pour chats morts.
Car depuis ma plus tendre enfance j'ai le don de communiquer avec les chats, surtout quand ils sont morts (quand ils sont vivants il y a souvent des interférences, je sais pas bien pourquoi).

Le truc est simple : votre fidèle compagnon vient de passer de vie à trépas ?
Je sais entrer en contact avec son esprit et vous dire ce qu'il ressent, le souvenir qu'il garde de vous et éventuellement (c'est à dire moyennant un léger supplément, car la dépense énergétique devient alors exponentielle) vous dire où et quand il s'est réincarné (et la couleur de son pelage).

Y a du potentiel je pense.
Tellement de potentiel que je me suis fait griller.
C'est à désespérer d'avoir de bonnes idées !


Bon, sans doute est ce un mal pour un bien : bien sur j'aime les chats, mais çà fait bientôt 20 ans que je sévis dans le monde du vin alors il serait dommage d'arrêter là.

J'ai donc le plaisir d'annoncer que je me lance !
Pour commencer, vu qu'il sera bientôt temps de planter les vignes, je ne saurais trop conseiller à mes lecteurs de ne plus protéger leurs jeunes plants avec ces poches inesthétiques et à l'efficacité plus que douteuse (quant à leur effet sur l'environnement ...).

Il y a en effet bien plus efficace et plus respectueux de l'environnement pour éloigner les lapins.
Certaines personnes à la pointe du progrès s'évertuent à piéger les lapins et, après les avoir occis, à les tondre avant de faire bruler leurs poils pour les répandre aux 4 coins de leur parcelle.
Ca part d'un bon sentiment : la guerre psychologique a amplement fait ses preuves.
Toutefois la méthode est couteuse en calories et cause de gros rejets de monoxyde de carbone : on ne saurait donc sérieusement la conseiller à grande échelle.

Ma méthode est plus fine car elle fait appel à la psychologie d'Oryctolagus cuniculus.

Je suis en effet en mesure de lui envoyer des ondes porteuses d'images négatives qui vont augmenter son inconfort psychologique et le pousser à migrer (moyennant un léger supplément je peux l'envoyer chez votre voisin).

C'est simple, efficace (pour ne pas dire i-m-p-a-r-a-b-l-e), et une grande partie du travail peut s'effectuer à distance : il suffit de m'envoyer un justificatif de domicile (un chèque en blanc, dument signé est un support idéal) accompagné de l'estimation de la population à dissuader.

Pour le paiement vous n'aurez rien à faire : après que j'ai vérifié (à distance) l'efficacité de mon intervention j'ajouterai au chèque une somme qui sera directement proportionnée aux résultats obtenus.
Vous ne prenez donc rigoureusement aucun risque.


Notes pour Nicolas :

- çà fonctionne aussi très bien avec les sangliers,
- on peut, bien sur, me régler en liquide : çà dépend du millésime.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire