vendredi 29 janvier 2016

VdV#81 : le vin StarWorld


Le vin StarWorld ?
Diantre ...

Oui, ce mois ci la présidente du mois nous propose de pondre un billet traitant du vin "StarWorld".

A la lecture de son texte de présentation il ressort qu'elle nous "propose de [lui] dire quel est [notre] vin Star quand [nous voyageons] autour du World.".

Ben c'est que depuis quelque temps je ne voyage plus trop autour du World, en fait !
Mais, fort heureusement, elle ajoute ceci :

"Quel vin faites-vous découvrir ?
Facile, enjôleur, complexe, adapté à la cuisine du pays ?

Quel vin emmenez-vous lorsque vous partez hors de vos frontières ?
"

 
La plupart du temps, quand je partais hors de mes frontières j'avais plutôt tendance à en ramener du pinard, enfin, pas trop quand j'allais au Québec ... (encore qu'on y trouve de beaux cidres de glace).
Mais tout dépend sans doute tant des frontières que des voyages ?
 Alors en première analyse, j'ai d'abord imaginé parler de ce Puligny Montrachet 1er Cru Les Referts (2007), de Jean Marc Boillot.
C'est que ce vin, écho à l'invitation à un autre voyage, fût il y a quelques années le signal d'embarquement pour un trajet tellement au long cours qu'il continue encore aujourd'hui.

Et pas seulement parce que la bouteille, vide et sèche, trône encore sur mon bureau.
Non : ce voyage là, si je décide un jour d'en raconter tout ou partie - rien n'est moins sûr -, ce ne sera certainement pas ici.

Alors quoi ?

Alors, j'ai toujours pensé que voyager c'est avant tout rencontrer autrui.
Peut-être que l'Enfer c'est les autres, mais je crois que les autres c'est aussi (surtout ?) la réalité du voyage. Que le vin est un excellent moyen de se rencontrer.
Or l'une de mes jolies rencontres viniques de 2015 était avec Aguirre, un beau Pic Saint Loup du Domaine de la Salade Saint Henri. C'était à l'occasion de l'édition 2015 du Congrès des Œnologues de France.
Après avoir découvert ce vin, je me suis retrouvé à table à côté de celle qui l'élabore ! Et au cours du repas, alors que je l'interrogeais sur la possibilité de lui acheter quelques bouteilles, là, de suite : Anne Donadieu m'en offrait deux.
Je lui proposais alors de faire un échange, un échange qui serait concrétisé à l'occasion de mon passage dans son secteur.
Un jour.
Tôt ou tard.
C'était il y a un an !

En cette fin Janvier 2016, 3 jours passés
entre Béziers et Avignon, loin de mes frontières habituelles, sont enfin l'occasion d'honorer cette promesse en faisant un crochet par Saint Mathieu de Tréviers ... et, par la même occasion, de participer à ces 81èmes VdV.
C'était aussi, bien sur, me donner la possibilité de goûter quelques autres vins de ce Domaine, des vins dont je parlerai plus tard.

Restait à choisir deux bouteilles pour ce petit voyage depuis mon fond de cave jusqu'au Pic Saint Loup.




L'Aguirre reçu étant un 2012, autant aller aussi vers 2012.
Mais de la rive droite, ou gauche ?
Les deux !
Et de préférence avec des gens et des vins qui me sont chers.

  Avec quelles bouteilles voyager ?
Le Clos Manou (2012) de Françoise et Stéphane Dief, pour le Médoc et en rive droite un Côtes de Castillon : la Cuvée Léonard du Château Beynat d'Alain Tourenne.


En toute logique, il me faudrait maintenant dire en quoi ces vins me plaisent et surtout quel ressenti j'en ai en dégustation.
Mais à voyager autant le faire pour cela aussi, alors je laisse mes notes de côté et vous propose de voyager de Libourne où j'habite depuis quelque temps pour pousser juste à côté : à Saint Emilion.


Il est simple, ce voyage là :
- le Clos Manou (2012) je l'ai récemment (re)bu avec Isabelle et Daniel Sériot, ce dernier ayant bien sur commenté ce vin sur son blog.

- pour la Cuvée Léonard je vous propose à nouveau de faire vos valises pour aller vers chez Daniel et ses commentaires sur ce vin que j'avais amené à l'occasion d'une soirée dégustation consacrée à 2012 en rive droite.

Voici donc une double invitation au voyage, le mien depuis Bordeaux vers le Languedoc, et le votre de mon blog vers celui de Daniel.
Y a concept.
Ou pas.

En tous cas il y a 3 très jolis vins et c'est bien sûr là l'essentiel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire