jeudi 21 juillet 2016

Domaine Charton Vachet (Montagny)

Le séjour bourguignon était prévu de longue date.
Depuis un an en fait : la précédente édition duFestival de musique baroque de Beaune avait été un tel plaisir, même en se limitant à un seul long week-end, qu'y retourner était une option crédible.

Restait à savoir quand et pourquoi.

Côté musical le champ des possibles était très large, mais c'est le premier week-end qui l'a emporté : des cantates italiennes par Andréas Scholl (c'est une pointure) puis, le lendemain, ce cher vieux Purcell avec Dido & Eneas dirigé par Christophe Rousset ("les talents lyriques").
Il ne restait plus qu'à meubler autour.

Je reparlerai plus tard du début du séjour et, donc, du récital de Scholl (je désespérais de jamais l'entendre en vrai, Scholl !) pour entamer par le point d'orgue (rien de plus normal dans un festival baroque) pinardier – mais pas que – : à savoir le passage au Domaine Charton – Vachet.

La préparation et le questionnement préalables à cette visite je les évoquais dans un billet précédent et n'y reviens donc pas ici.



3 millésimes (dont un en cours d'élevage), 2 couleurs et, pour les blancs, un Montagny 1er Cru "Les Jardins" et plusieurs cuvées de Montagny village.



2015

Le May (un des lieux dits en Montagny Village)
Nez fermé qui s'ouvre sur fleurs blanches et fruits à noyau.
Attaque ronde, fraîcheur et légèreté sur de belles notes de maturité (et il ne s'agit pas là de provoquer Daniel et François à un nouvel échange sur maturité et acidité. Mwahahahah).
Finit sur une longue finale où se mêlent citrus et minéralité.
Beau vin.

Les Jardins (Montagny 1er Cru)
Nous goûtons plusieurs pièces (du genre 4 ou 500 l chacune)
1. Joli nez de fleurs blanches, minéral, avec un boisé / épicé assez sensible.
Bouche ample, grasse, à la minéralité marquée.
Très beau volume.
2. Boisé bien mieux digéré. Fleurs blanches, pêche, légère note toastée. Nez élégant et déjà complexe.
Bouche ample, beau volume, équilibre et harmonie. Jolie finale.
Très joli vin s'achèvant sur de légères notes toastées qui le prolongent agréablement.


2014

Le May
Sur une base fleurs blanches / fruits à chair blanche, d'intéressantes notes qui vont flirter vers la brioche.
Bouche ronde, ample, équilibrée avec un agréable fruité. Jolie fraîcheur qui tient et prolonge le tout. Bel équilibre et très joli vin.

Théophanie
Au nez comme en bouche la pêche jaune ressort, accompagnée d'aubépine et de citronnelle.
Très jolie matière ronde et fraîche à la fois. Fleurs blanches et pêche reviennent en bouche. Presque imperceptibles traces d'élevage qui amènent un chouia de complexité en plus.
C'est long et c'est très bon.

Les JardinsMinéralité marquée, avec notes florales, de fruits à chair blanche et de fougère.
Très beau vin ample et frais, à l'agréable aromatique. L'élevage est à peine plus sensible en bouche où il amène un surcroit de volume et une finale qui s'allonge sur de légères notes d'épices douces.
C'est vachement bien ce vin là !



2013
Le May
Tip top ! Très rond, très ample et très équilibré. Fruits à noyaux de belle maturité. Ample, mûr, gras, mais tenu par la fraîcheur qui va bien.
Très beau vin dès maintenant et sur encore de belles années.

Théophanie
Nez plus discret.
Bouche ample et élégante. Vin fin, frais et équilibré.
Une genre de petite chose délicate qui fait dans la dentelle.
Très joli !


Mais y a aussi du rouge chez Charton - Vachet.
Si, si : c'est du rouge.
Du rouge. Je te jure !
(oui : je suis con, mais c'est comme çà que je m'aime)


2014

Cuvée des Henri
Robe brillante et de bonne intensité.
Nez au joli cassis, notes de griotte et d'épices douces.
Rond, frais, friand, déjà plaisant à picoler.
Beau vin de plaisir et de partage.
Après y a eu l'after

Car, comme promis, il y a eu une after : centrée sur le Stabat Mater de Pergolese.
Y a pire.

Bon ... il faut bien qu'à un moment ces choses là soient dites donc voilà : je les dis.
Ce type est insupportable. Une insulte vivante.
Non seulement il fait de super pinards, mais en plus il pétille d'intelligence.
Et, pour couronner le tout, il lit les partoches de Pergolese comme d'autres lisent "Oui oui joue du pipeau".
Donc c'est évident que, histoire de finir de te pousser au suicide, la partoche il te la joue sur différents tempi histoire de répondre à ta question et d'illustrer son propos.



 

Juste au cas où, en plus de la jouer au piano : il la chante, la partoche. Pour que tu comprenne bien que, parfois, le tempo est décidé par les nécessités de la voix.
Au bout d'un moment tu te dis que ça va de soi qu'il te la chante la partoche, et avec un intervalle du genre 192 octaves. Minimum.
Sur les octaves j'exagère peut-être un peu, mais à peine. Vraiment.

Bref le genre de truc qui fait grave déprimer mais d'où tu sors en ayant l'impression que toi aussi t'es intelligent et que la partoche tu pourrais la comprendre.
Ce truc est la raison majeure pour que tu déguste avant et que tu recrache pas tout.
Car quand l'alcoolémie est redescendue tu reviens fatalement à une plus juste appréciation de la situation et de tes capacités musicales.

Après la dépression, y a eu le repas dans un joli restau.
J'en parlerai plus tard.

Puis encore après y a eu plein d'autres trucs sympas avec, au final, le concert dans la cour des Hospices de Beaune.
Et ça aussi j'en parlerai plus tard.

Domaine Charton-Vachet
le Bourg
71390 SAINT-VALLERIN

contact@chartonvachet.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire